Espace Partenaires

Cet espace est réservé pour les téléservices de l'Agence de l'eau Seine-Normandie. Vous pourrez trouver, ici, les liens qui vous permettront de vous rendre dans les différents espaces extranet de l'Agence ( dépôt de fichiers DEQUADO, Justificatif de paiement…)

Le comité de bassin

EXTRANET du Comité de Bassin

Si vous êtes membre du comité de bassin et souhaitez vous connecter aux dossiers des commissions, rendez-vous sur l’extranet

Fonctionnement des rivières

L’Agence de l’eau vous propose une animation didactique sur le fonctionnement des rivières

Mission POLU PALO

Envie de découvrir le cycle de l’eau ? Jouez à Mission POLU PALO et résolvez l’enquête

Portail de Bassin

L’Agence de l’eau Seine-Normandie met à disposition ses données via le portail de bassin

Qualit’eau

L’Agence de l’eau Seine-Normandie met à disposition ses données de suivi de qualité des eaux superficielles

Monographie sur les nonylphénols, enjeu sur le bassin Seine-Normandie

Autres phases

pas d'autre phase

Etude commandée par

Agence de l'eau Seine-Normandie

Réalisée par

Agence de l'eau Seine-Normandie (D.CHEMIN)

Contact Agence

B.CASTEROT

Les nonylphénols font partie des substances dangereuses prioritaires de la DCE. Leur formule est C15H24O : ils sont constitués d'un groupement phénol sur lequel se lie une chaîne alkyl de neuf carbones. Les isomères sont nombreux. Les nonylphénols sont à la fois les précurseurs et les produits de dégradation des nonylphénols éthoxylates.

L'utilisation des nonylphénols éthoxylates comme tensio-actifs dans tous les secteurs d'activité a été croissante depuis les années 40. La directive 2003/53/CE a ensuite interdit la mise sur le marché et l'emploi des nonylphénols et nonylphénols éthoxylates pour de nombreux usages.

Par ailleurs, les nonylphénols sont mis en avant puisqu'ils sont plus rémanents que les nonylphénols éthoxylates et que ce sont des perturbateurs endocriniens.

Nonylphénols et nonylphénols éthoxylates sont pourtant toujours présents dans tous les compartiments et en particulier dans les eaux de surface.

Les nonylphénols possèdent de nombreux isomères. Ils peuvent par conséquent être souvent confondus. Des problèmes analytiques peuvent alors se poser également, contrariant leur identification. La législation sur l'eau s'est concentrée sur la recherche des nonylphénols dans l'eau alors que les propriétés physico-chimiques de la molécule font qu'elle va se lier préférentiellement à la matière organique des sédiments ou des sols. L'objectif de l'étude est de mieux cerner l'enjeu que peuvent représenter les nonylphénols pour le bassin et mieux comprendre les confusions qu'ils peuvent engendrer

L'analyse des mesures de suivi depuis 2008 montre que toutes ces difficultés se posent notamment parce que :
- les confusions entre les nonylphénols sont nombreuses,
- le suivi de certains isomères doit être privilégié,
- certaines différences entre laboratoires ne permettent pas de bien comparer les résultats de mesure pour ces molécules (performance analytique, restitution des résultats),
- la recherche des nonylphénols doit se faire préférentiellement dans les sédiments.

Les nonylphénols sont présents non seulement dans les eaux de surface et dans les eaux souterraines mais aussi dans les mers et dans l'atmosphère. Ils passent facilement d'un compartiment à l'autre. Ces substances se lient à la matière organique et sont donc préférentiellement retenues dans les sédiments et les sols. Cette tendance semble assez bien confirmée par les données de surveillance à l'échelle du bassin. Les nonylphénols (ramifiés) déclassent peu les masses d'eau de surface au sens de la directive cadre (au niveau de l'eau). L'exploitation des données sur sédiments peut montrer en revanche une contamination plus importante par ces polluants.

Les sources de nonylphénols peuvent être ponctuelles : dans les effluents industriels de nombreuses installations classées (blanchisseries, industries du papier, industries pharmaceutiques etc.) et dans les effluents de stations d'épuration. Les traitements habituels appliqués dans les stations françaises sont mal adaptés aux micropolluants comme les nonylphénols. Des traitements complémentaires plus onéreux sont à même d'en réduire les rejets. Une contamination résiduelle transitant par les réseaux existe : les textiles importés contaminent par exemple les eaux de lavage. Les sources de nonylphénols peuvent aussi être diffuses. Les pneumatiques, les matériaux de construction, les peintures, les papiers et cartons, les produits phytosanitaires sont entraînés avec les pluies vers les réseaux après un éventuel transit par l'atmosphère.
La maîtrise de ces sources de pollution diffuses est plus difficile.