Espace Partenaires

Cet espace est réservé pour les téléservices de l'Agence de l'eau Seine-Normandie. Vous pourrez trouver, ici, les liens qui vous permettront de vous rendre dans les différents espaces extranet de l'Agence ( dépôt de fichiers DEQUADO, Justificatif de paiement…)

Contactez votre direction territoriale

Si vous souhaitez avoir un appui technique et financier pour vos projets ou obtenir des informations sur les primes et les redevances , la Direction territoriale de votre secteur peut vous apporter une réponse. N’hésitez pas à la contacter.

Le comité de bassin

EXTRANET du Comité de Bassin

Si vous êtes membre du comité de bassin et souhaitez vous connecter aux dossiers des commissions, rendez-vous sur l’extranet

Fonctionnement des rivières

L’Agence de l’eau vous propose une animation didactique sur le fonctionnement des rivières

Mission POLU PALO

Envie de découvrir le cycle de l’eau ? Jouez à Mission POLU PALO et résolvez l’enquête

Portail de Bassin

L’Agence de l’eau Seine-Normandie met à disposition ses données via le portail de bassin

Qualit’eau

L’Agence de l’eau Seine-Normandie met à disposition ses données de suivi de qualité des eaux superficielles

Origines du déclassement de l'état biologique par les diatomées sur la partie armoricaine de la Normandie

Autres phases

pas d'autre phase

Etude commandée par

Agence de l'eau Seine-Normandie

Réalisée par

Agence de l'eau Seine-Normandie (R.LEVRARD)

Contact Agence

F.GUIBERT

L'indice biologique diatomée (IBD) est un indicateur biologique de la qualité des rivières basé sur des micro-algues brunes siliceuses, les diatomées. Cet indice intervient dans l'évaluation de l'état écologique des masses d'eau cours d'eau. Sur la partie armoricaine de la Normandie, l'IBD apparaît souvent comme le seul facteur déclassant de l'état écologique de rivières pourtant dépourvues de pressions significatives. Ce constat ne se retrouve pas sur la partie sédimentaire de la région. L'étude a pour objectifs de confirmer et préciser la problématique puis d'acquérir une vision plus précise de ce sujet afin de formuler des recommandations opérationnelles concrètes, notamment dans la perspective des prochaines évaluations de l'état des masses d'eau.

La méthodologie de travail consiste dans un premier temps à constituer une base de données physicochimiques et hydrobiologiques (indices, listes floristiques) complète et unifiée, intégrant des données du bassin Loire-Bretagne pour compléter le panel de données armoricaines. A partir de cette base de données sont effectués des analyses et tests statistiques destinés à confirmer et préciser la problématique de départ. Les évolutions des règles d'évaluation (EQR, I2M2) sont ensuite prises en compte pour vérifier si, avec elles, le problème initial se pose de la même manière. Les données physico-chimiques et biologiques sont ensuite mises en relation dans l'objectif d'identifier et d'expliquer une éventuelle réponse différenciée de l'indice à un même niveau de pression selon le contexte hydroécologique (armoricain ou tables calcaires). Enfin, des recommandations pratiques sont attendues en vue des prochains exercices d'évaluation de l'état écologique des cours d'eau.

L'analyse des données issues de la base constituée a permis de valider l'hypothèse d'un IBD plus sévère sur les masses d'eau armoricaines que sur celles des tables calcaires. On observe en particulier une diminution plus rapide de la note IBD sur les masses d'eau armoricaines pour un niveau de contamination faible (nitrites et phosphore notamment). Le nouvel indice invertébrés I2M2 confirme le caractère préservé des masses d'eau armoricaines, même si l'écart de qualité avec la partie sédimentaire de la région semble moins important que ce que ne laissait penser le seul IBG-DCE. En conclusion, il est recommandé de continuer à écarter les IBD moyens des masses d'eau armoricaines, en appliquant une expertise individuelle s'appuyant notamment sur les informations nouvelles apportées par l'I2M2 (probabilités d'altération de la qualité de l'eau).

Cette étude confirme le problème d'un IBD trop sévère sur l'armoricain et apporte une réponse méthodologique concrète directement utile dans la perspective des prochaines évaluations de l'état écologique des masses d'eau cours d'eau.

Il reste encore à expliquer biologiquement cette inadaptation de l'indice diatomées aux masses d'eau armoricaines pour pouvoir à terme améliorer l'indice. Il faudrait aussi s'assurer que l'IBD n'est pas, à l'inverse, trop optimiste sur les masses d'eau des tables calcaires. De la même manière, la bonne adaptation de l'indice macroinvertébrés actuel (IBG-DCE) aux contextes hydroécologiques régionaux pourrait être questionnée.