Espace Partenaires

Cet espace est réservé pour les téléservices de l'agence de l'eau Seine-Normandie. Vous pourrez trouver, ici, les liens qui vous permettront de vous rendre dans les différents espaces extranet de l'agence de l'eau (dépôt de fichiers DEQUADO, Justificatif de paiement…)

Contactez votre direction territoriale

Si vous souhaitez avoir un appui technique et financier pour vos projets ou obtenir des informations sur les primes et les redevances, la direction territoriale de votre secteur peut vous apporter une réponse. N’hésitez pas à la contacter.

Portail de Bassin

L’agence de l’eau Seine-Normandie met à disposition ses données via le portail de bassin

Données sur la qualité des eaux superficielles

L’agence de l’eau Seine-Normandie met à disposition ses données de suivi de qualité des eaux superficielles

Quels sont les enjeux du territoire ? Quel est l’état des rivières ? Où agir pour l’améliorer  ?

Sur le site internet Géo-seine-normandie.fr, l'agence de l'eau Seine-Normandie vous propose trois types de navigation : 

  • Consulter les informations par unité de référence, les masses d’eau : état, pressions, objectifs et actions
  • Naviguer sur la carte et y afficher des informations de qualité mais aussi les enjeux locaux
  • Visualiser l'évolution des mesures locales de qualité des eaux

Tutoriels Vidéo

Quel état, quelles pressions et quel objectif pour ma masse d’eau ? Quels sont les objectifs du SDAGE et les actions à mettre en œuvre sur mon territoire ? Quels sont les enjeux Eau de mon territoire ?

Foire Aux Questions

 

CARTOGRAPHIE
  • Je coche l’affichage d’une couche d’information mais rien ne se passe

➡️ Certaines informations ne s’affichent qu’à un certain niveau de zoom. Zoomez ou dézoomez pour voir l’information apparaître.
 

  • L’affichage est pénalisé par la surbrillance du bassin versant lorsque je déplace la souris 

➡️ Pour les eaux de surface, désactivez cet affichage au survol de la souris en décochant « bassins versant » dans les référentiels administratifs et hydrographiques. Pour les eaux souterraines, décochez « souterraines affleurantes » et « souterraines transbassins ».
 

  • J’ai coché l’affichage de la classification des cours d’eau mais elle n’apparaît pas

➡️ L’affichage de la classification des cours d’eau est masqué par celui des cours d’eau. Décochez l’affichage des masses d’eau dans les référentiels administratifs et hydrographiques.
 

  • Je ne comprends pas l’affichage des pressions

➡️ Les pressions sont réparties en 6 catégories pour les eaux superficielles, 4 pour les eaux souterraines. Un symbole carré s’affiche quand elles identifiées comme cause de déclassement actuel, et un symbole triangle s’affiche quand elles sont susceptibles d’empêcher l’atteinte du bon état en 2027. Par exemple, sur cette masse d’eau triangle violet, le phosphore diffus et les macropolluants ponctuels sont causes de la mauvaise qualité de la masse d’eau, mais seul le phosphore diffus risque de l’être toujours en 2027 si aucune action n’est mise en œuvre. Il n’y a pas d’alerte sur les macropolluants ponctuels, les actions engagées sont jugées suffisantes et efficaces pour résorber la pression.

Sur cette masse d’eau triangle vert orange et bleu, les pesticides et les pressions hydromorphologiques sont causes de la mauvaise qualité de la masse d’eau et risquent de l’être toujours en 2027 si aucune action n’est mise en œuvre. Il y a également une alerte sur les nitrates diffus, qui ne sont pas déclassant actuellement mais risquent de le devenir si aucune action n’est mise en œuvre. Selon la forme des bassins versants, certains symboles de pression peuvent se superposer, n’hésitez pas à zoomer.
 

  • Les points de captage sont décalés cartographiquement par rapport aux aires d’alimentation de captage

➡️ Conformément aux exigences, les captages prioritaires, représentés en violet foncé, et les points de prélèvement sensibles (hors captages prioritaires), représentés en violet clair, sont localisés au centre de la commune et non à leur emplacement réel. Il est donc possible qu’un captage se situe en décalage avec son aire d’alimentation, qui elle est précisément localisée.

 

SURVEILLANCE
  • Pourquoi je ne trouve pas des chroniques de concentrations de polluants de la même longueur sur toutes les stations de mesure ?

➡️ La surveillance de la qualité des rivières et des ressources souterraines commence dans les années 1970 sur quelques points du territoire. Elle n’a concerné longtemps que quelques substances polluantes. Avec la Directive Cadre sur l’Eau de 2000, la surveillance s’accélère et les années 2006/2007 voient le nombre de substances croitre fortement, ainsi que le nombre des points de mesure. La surveillance ne cesse alors de progresser au fil du temps avec les efforts de la métrologie qui permet la détection de produits émergents dans des concentrations infimes et avec les progrès de l’éco-toxicologie qui permet de fixer des normes et de les faire évoluer pour la bonne santé des humains et de l’environnement aquatique. Ainsi, le site Géo-Seine-Normandie, qui puise les données de surveillance de la qualité des eaux dans les banques de données Naïades et ADES, donne accès à toutes les données produites par différents producteurs pourvu que ceux-ci bancarisent leur surveillance dans ces banques nationales. A minima, toute la surveillance de l’agence y est accessible et ce, en termes de paramètres physico-chimiques et de micropolluants.
 

  • Qu’est-ce qu’une station de mesure ?

➡️ C’est un site en rivière ou un puits en eau souterraine, dans lequel on prélève un échantillon d’eau. Des analyses de qualité sont faites sur cet échantillon, mesurant les concentrations d’un grand nombre de substances chimiques.
 

  • Combien trouve-t-on de stations de mesure sur Géo-Seine-Normandie ?

➡️ Spécifiquement pour les stations de surveillance en eaux de surface : 2232 stations sont mises en ligne sur Géo-Seine-Normandie, dont les stations des eaux estuariennes (eaux de transition).

Pour chaque station, les informations suivantes sont mentionnées :
• Son caractère représentatif ou non de la masse d’eau sur laquelle elle se situe.
• La catégorie piscicole de la masse d’eau sur laquelle elle se situe.
• Son appartenance à un type de réseau

Spécifiquement pour les stations de surveillance en eaux souterraines : 4954 stations sont mises en ligne. Pour celles qui sont des captages sensibles ou des captages prioritaires, cette classification est mentionnée.
 

  • Que signifient les différents sigles dans la rubrique « réseaux » de la pop-up « station de mesure » ?

➡️ En cliquant sur une station de mesure, l’information de leur appartenance à un type de réseau de surveillance est donnée.
Voici la définition des différents réseaux :

Réseau de Contrôle de Surveillance (RCS) : Le RCS doit permettre d’évaluer l’état général des eaux à l’échelle de chaque district ainsi que son évolution à long terme.

• Réseau de Contrôle Opérationnel (RCO) : Le RCO a pour objectif d’établir l’état des masses d’eau superficielles identifiées comme risquant de ne pas atteindre leurs objectifs environnementaux et d’évaluer les changements de l’état de ces masses d’eau suite aux actions mises en place dans le cadre du programme de mesures.

Réseau de Référence Pérenne (RRP) : Le RRP a pour objectif de conforter la connaissance des conditions de référence et de prendre en compte les changements à long terme des conditions naturelles (effets des changements climatiques…) dans le référentiel du bon état écologique.

Réseau Complémentaire de Bassin (RCB) : Le RCB répond aux objectifs suivants : 
- Densifier le RCS ;
- Pérenniser les chroniques longues issues du RNB (Réseau National de Bassin) ;
- Compléter les besoins de connaissances propres au bassin : études d’impact sur le changement climatique, connaissance (COP…)…

Réseau d'acquisition tournant (RACQT) : Le RACQT a pour objectif d’acquérir de la connaissance complémentaire sur des masses d’eau non suivies par les réseaux DCE. Il répond aux besoins de connaissances suivants :
- évaluer un état pour les masses d’eau non suivies ;
- pouvoir hiérarchiser les actions à aider prioritairement par l’agence de l'eau Seine-Normandie ;
- appuyer la connaissance…

Réseau de Bouclage (RBOU) : Des suivis plus fréquents sont nécessaires pour appréhender la variabilité intra annuelles des différents paramètres et calculer des flux de polluants en certains points nodaux du bassin : confluences importantes et aval d'UH pertinentes.

Réseau Nitrates (RNIT) : La campagne quadriennale de surveillance des concentrations en nitrates dans les eaux superficielles et souterraines a deux principales finalités :
- Délimiter des zones vulnérables
- Réaliser un bilan de la mise en œuvre de la directive nitrate

 

DONNEES
  • D’où viennent les données ?

➡️ Pour les cours d’eau, les données de qualité des eaux sont extraites de la banque de données Naïades (Eau France) via l’API HUB’Eau « Qualité des cours d’eau ».
Pour les eaux souterraines, les données de qualité des eaux sont extraites de la banque de données ADES (Eau France) via l’API HUB’Eau «Qualité des nappes souterraines ».

Le périmètre des eaux côtières n’est pas inclus encore, mais pourra faire l’objet d’une évolution ultérieure.
 

  • Traitement des données pour élaborer les chroniques : comment sont-elles rendues homogènes ?

➡️ Pour chaque substance, les données brutes provenant des bases de données nationales sont filtrées selon la fraction préconisée par le guide relatif à l’état des eaux de surface continental (MTES, Janvier 2019). Par exemple, pour les métaux, seules les données mesurées sur la fraction « eau filtrée » sont prises en compte, pour les autres micropolluants ce seront les données mesurées sur la fraction « eau brute » qui sera prise en compte. Au cours du temps, il peut y avoir des changements d’unité dans les banques de données nationales. Pour chaque substance, une conversion dans une unité cible est opérée.
 

  • Traitement des données pour élaborer les chroniques : comment sont prises en compte les incertitudes liées aux appareils de mesure ?

➡️ La limite de quantification est la valeur correspondant au seuil de quantification, c'est-à-dire la valeur au-dessous de laquelle le laboratoire n'est plus en mesure de déterminer avec exactitude la quantité de la substance recherchée. La limite de quantification est la plus petite valeur à partir de laquelle il existe un résultat de mesure avec une fidélité suffisante. Au cours du temps, les progrès de la métrologie ont abaissé les limites de quantification, améliorant l’acuité de la surveillance des milieux aquatiques.

Le résultat d’une mesure de qualité d’un polluant est une concentration. Pour un micropolluant il s’exprimera en µg/L (voire en ng/L), et pour un macropolluant en mg/L. Quand le résultat rendu par un laboratoire est inférieur à la limite de quantification, il est ramené à la valeur ½ de limite de quantification pour le calcul des percentile 10 et percentile 90. Avec cette méthode, utilisée pour les évaluations dans le cadre de la Directive Cadre sur l’Eau, on tient compte d’un principe de précaution : la substance peut être présente dans l’eau, mais la méthode analytique n’est pas assez performante pour donner une concentration fiable.

 

LEXIQUE DES PARAMETRES 

 

Indicateurs de la biologie   Paramètres physico-chimiques
I2M2 Indice invertébrés multimétrique   COD Carbone organique dissous
IBG Indice biologique global   DBO5 Demande biologique en oxygène pour 5 jours
IBGA Indice biologique global adapté   O2 Oxygène dissous
IBD Indice biologique diatomées   Sat O2 Taux de saturation en O2
IPR Indice poissons rivières   PO4/PO43 Phosphate
IBMR Indice biologique macrophytique en rivière   Phos Phosphore total
IPML Indice biologique macrophytique en lac   NH4 Ammonium
IPL

Indice phytoplancton lacustre

  NO2 Nitrite
    NO3 Nitrate
    Tempe Température de l’eau
    Transp Transparence
    pHmax Etat d’acidification

 

 

Pour toute question complémentaire, n’hésitez pas à envoyer un message sur etatdeslieux@aesn.fr