Recherche
Vous êtes ici : Accueil > L'eau dans la nature
L'eau dans la nature
Introduction à l'hydromorphologie
Restauration des cours d'eau
Retour d'expérience
Communication
La continuité écologique
Les sites ateliers hydromorphologiques
Des zones humides diversifiées
Thèmes de l'eau
Qui sommes-nous ?
Le 10ème programme
Le SDAGE
Etat des lieux
Les Plans Territoriaux 2013-2018
Offres d'emploi et stages
Coopération internationale
Le petit cycle de l'eau
Le grand cycle de l'eau
L'eau et la santé
Outils généraux
Recherche
Glossaire
Foire(s) aux Questions
Contact
Liens contextuels
Autres liens utiles
Plan du site
Extranet
 
L'eau dans la nature
 

Le rôle majeur des rivières

Territoire arrosé par la Seine et ses affluents (la Marne, l'Oise, l'Yonne…), le bassin Seine-Normandie couvre une surface d'environ 100 000 km2, avec une façade maritime longue de 640 km.

Le bassin de la Seine en forme la majeure partie. S'y ajoutent celui de la Basse-Normandie et, au nord, les fleuves côtiers en limite du bassin Artois-Picardie.

 

Les tracés des rivières dépendent du sous-sol et du relief. Si le tracé est rectiligne, la rivière creusera la roche tendre, formera des méandres dans les fonds de vallées plats et serpentera en fonction de la puissance du flux et de la résistance des berges. Le sol joue le rôle d'un réservoir tampon et d'une plaque tournante entre les précipitations et les écoulements d'eau.

Une partie de l'eau de pluie est retenue et sera restituée à l'atmosphère par évaporation, le reste sera réparti entre le ruissellement et l'alimentation de nappes souterraines. Une soixantaine de plans d'eau artificiels ont été construits en amont de barrages pour permettre la régulation du débit des rivières nourricières d'Ile-de-France.

En savoir plus sur l'hydromorphologie

En savoir plus sur les sites ATELIERS hydromorphologiques

Une région naturelle à préserver

Le bassin de la Seine et certains cours d'eau côtiers normands est une région naturelle de grande importance. Six voies de migrations d'oiseaux passent par son territoire qui est un lieu stratégique pour les oiseaux d'eau migrateurs. Ils viennent en effet se reposer dans ces zones humides qui représentent plus de 580 000 hectares, soit plus de 6% de la superficie du bassin.

Tourbières, vasières littorales, mares et gravières accueillent ainsi 35% des espèces rares et en danger du territoire métropolitain (comme la loutre ou l'anguille). Sur 87 zones humides d'intérêt national, 10 sont en Seine-Normandie. Le bassin compte par ailleurs 11 parcs naturels régionaux.

 

 

Pour rétablir les écosystèmes, l'Agence de l'eau Seine-Normandie, s'aidant de ses partenaires locaux et de réseaux de surveillance, mène des actions de reconquête des milieux aquatiques.